Les forums citoyens

Psychiatrie : la parole aux citoyens

L’Association Régionale pour la Psychiatrie Citoyenne en Bourgogne-Franche-Comté (ARPC-BFC) a pour but d’informer et de sensibiliser le public à tous les aspects de la psychiatrie et de la santé mentale dans la perspective d’un mieux vivre ensemble. Elle estime que chaque citoyen est en droit de s’exprimer et de formuler des propositions sur les politiques relatives aux maladies mentales. Elle organise régulièrement sur ces sujets des forums ouverts à tous les citoyens, lieux de débats et d’échanges d’idées et d’expériences.

Le forum citoyen se réunit, une fois tous les trois mois.

Prochain forum le mardi 2 octobre 2018

 

au Foyer de jeunes travailleurs de la Cassotte,

18 rue de la Cassotte

à Besançon

de 18h00 à 20h00

 

Quelle participation citoyenne des personnes en souffrance psychique à l’élaboration et à l’organisation des politiques publiques qui les concernent ?

Présentation du PTSM: Projet Territorial de Santé Mentale du Doubs

 
Intervenant confirmé: Dr Edgar Tissot, pharmacien, président de la 
Commission Médicale d’Etablissement du Centre Hospitalier de Novillars.
Nous contactons aussi  des représentants du CCAS de Besançon, 
de l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne Franche-Comté
et des GEM de Franche Comté.

En effet, les Invités Au Festin, l'ARPC et le GEM La Fontaine ont déposé auprès de l’ARS un projet en démocratie sanitaire qui a été retenu.
Il consiste à permettre aux personnes en difficulté psychique de s’approprier la partie du PRS et du PTSM qui les concerne afin de faire émerger des propositions

Ce premier forum de l’année sera l’un des moments prévus pour prendre connaissance et vous approprier  la partie santé mentale du Projet Régional de Santé récemment défini par l’ARS, ainsi que le PTSM ou  projet territorial de santé mentale.

Venez vous informer et prendre part aux décisions qui vous concernent

 

Forums précédents

Forum du mardi 15 mai 2018

 

Activités physiques et sportives: quel impact sur la santé mentale?

 

Intervenants :

Thierry Brugvin, ancien sportif de haut niveau (champion d’Europe de kayak), docteur en sociologie, enseignant en psychologie et sociologie, psychothérapeute ; Emilie Duchanois, conseillère technique fédérale, fédération française du sport adapté, intervenante en sport adapté ;  Michel Lassus, président délégué UNAFAM 25 ; Jean-Michel Couteret, diplômé APA, et eutoniste ; des participants du GEM La Fontaine, etc.

 

Sujet incontournable dans le champ de la santé physique et psychique. Il est aujourd’hui prouvé que les activités physiques et sportives ont un rôle essentiel dans la prévention de nombreuses maladies physiques, mais aussi psychiques et présentent un intérêt thérapeutique indéniable.

 

Forum du mardi 6 février 2018

 

Les entendeurs de voix

 

L’expérience consistant à entendre des voix est une des plus fréquentes parmi celles vécues par les personnes ayant reçu un diagnostic de psychose ou de schizophrénie. Or la confrontation aux voix est, très souvent, source de confusion voire de frayeur pour l’individu et son entourage. Dans cette situation, le recours aux services de soins peut amener un soulagement en contrôlant les risques pour la personne elle-même et pour son environnement.

 

 Malheureusement, la perspective médicale offerte par la psychiatrie traditionnelle démunit simultanément tous les acteurs en présence. La personne qui entend les voix est invitée à considérer ces dernières comme le symptôme d’un cerveau malade. Les proches se mettent à éviter le sujet par crainte de déclencher des réactions imprévisibles. Les professionnels de la santé mentale eux-mêmes cantonnent leurs interventions à l’accompagnement d’un traitement centré sur la prise de médicaments.

 

Cette façon d’appréhender les voix conduit inéluctablement à un isolement de la personne qui les entend, se retrouvant dans la situation où elle ne peut jamais évoquer ce qu’elle vit. Cet isolement augmente la souffrance de la personne, entrave le processus de rétablissement et instaure une relation de défiance avec les professionnels voire les proches.

 

A l’inverse, la perspective du rétablissement, en redonnant du pouvoir à chacun-e sur son expérience et sur sa vie, ouvre des horizons au-delà de la maladie. La création de Groupe d’entendeurs de voix, tel que celui de Besançon créé en janvier 2017(qui se tient tous les 1ers jeudis du mois aux IAF 10 rue de la Cassotte à Besançon) donne l’occasion de nous engager, ensemble et concrètement, dans le processus du rétablissement car « se rétablir, c’est vivre », tout simplement. Les objectifs des groupes sont de comprendre le processus de rétablissement ; se familiariser avec l’expérience d’entente de voix ; établir un cadre d’échanges ouvert et constructif sur les voix et autres expériences inhabituelles

 

Forum du mardi 5 décembre 2017

 

Soutenir une personne atteinte d’une maladie psychique

 

Conférence-échanges

avec Thomas Wallenhorst, chef du pôle Psychiatrie et Santé mentale, à l’hôpital de Semur en Auxois et psychothérapeute.

Il nous a présenté son dernier livre écrit sur ce sujet à partir de nombreuses rencontres avec des familles de malades et de l’animation d’un groupe de parole pour les familles, depuis 2002.

 

L’importance de créer un partenariat entre le médecin, le malade et sa famille est soulignée. La notion de partenariat peut être élargie à toutes les personnes que fréquente le malade, afin que les intéressés puissent poser leurs questions sur la maladie et sur le traitement. Tous les partenaires sont gagnants d’un tel partenariat.

Chaque famille met naturellement certaines compétences en œuvre. On peut séparer entre le savoir-être, le savoir-faire, le savoir-dire. Le malade a besoin d’être accueilli au sein de la famille comme il est et pour ce qu’il est au profond de lui. On doit insister sur plusieurs point : le fait de tenir compte de chaque membre de la famille, de donner des repères et imposer des limites, de maintenir des relations amicales en dehors du cercle familial, de repérer le stress pour prendre des mesures correctives, de prendre soin de soi-même.

Il est important de chercher à améliorer la communication. On doit souligner le piège de l’expression excessive d’émotions (EE) où il est possible d’exprimer de l’hostilité, de pratiquer une hyper-implication émotionnelle, de formuler des commentaires critiques. D’autres dysfonctionnements sont des jugements et des messages paradoxaux. L’expression excessive de telles émotions négatives a pour conséquence un taux de rechute plus important avec la nécessité d’hospitaliser le malade.

On doit recommander aux membres de la famille de s’informer sur la maladie et de se former en ce qui concerne leurs comportements avec le malade. Une telle formation répond à un nouveau courant en santé mentale : l’empowerment que l’on peut traduire par : « reprendre un pouvoir sur sa vie ».

Le fait de participer à une formation en groupe a un effet stimulant sur les participants. Ceux-ci apprennent à repérer leurs réactions émotionnelles en les contrôlant ; ils se sentent soutenus par les autres participants : c’est l’effet miroir et la reconnaissance par ses semblables. Les familles apprennent à exprimer leur désir et à se faire confiance ; elles contactent plus facilement les professionnels en cas de nécessité. Les malades eux-mêmes sont bénéficiaires de la participation de leur famille aux réunions de groupe, car ceux-ci sont plus détendus et gèrent mieux la distance.

 

Forum du mardi 19 septembre 2017

 

La vie affective et relationnelle des personnes en souffrance psychique :

Comment nouer des relations satisfaisantes avec les autres ? Comment dépasser ses propres difficultés et celles engendrées par l’environnement familial, social et sociétal ? Comment satisfaire les besoins fondamentaux d’aimer et d’être aimé ?

 

C’est un vrai sujet de société qui concerne chaque personne, chaque citoyen. Car comment vivre ensemble, être bien avec les autres si l’on n’est pas bien avec soi-même ? Comment aider les personnes en souffrance psychique à s’intégrer, retrouver et prendre toute leur place dans la société ?

 

 

Forum du Mardi 16 mai 2017

 

Isolement et contention dans les établissements de santé mentale. Pour respecter les droits et la dignité des patients lors des épisodes de violence : comment éviter ceux-ci, comment mieux les gérer pour éviter les dérapages ? Recommandations et bonnes pratiques

 

Sur ce sujet « tabou » des dérives graves ont été dénoncées par Adeline Hazan,  contrôleur général des lieux de privation de libertés dans son dernier rapport en mars 2016.

Voir : http://www.cglpl.fr/wp-content/uploads/2016/05/Rapport-isolement-et-contention_Dossier-de-presse.pdf

 

Vous trouverez ci-joint le lien vers les documents publiés en septembre et novembre 2016, par la Haute Autorité de Santé  (HAS) sur la prévention et le traitement des épisodes de violences lors des hospitalisations en psychiatrie.

Voir : http://www.santementale.fr/actualites/episodes-de-violence-en-psychiatrie-la-has-publie-un-guide.html

 

Forum  du 14 février 2017

 

Le traitement médicamenteux en psychiatrie:  faut il toujours en donner?  Peut on le refuser? Y a t'il des alternatives? Quelles conséquences pour soi, les autres, la société? Est-on libre ou non  de se soigner?

Forum  du 14 novembre 2016

 

Il est impératif de faire changer le regard de la société vis-à-vis des personnes présentant des troubles psychiques : quel rôle chacun a-t-il à jouer, comment sensibiliser citoyens et élus dont le rôle est essentiel ?

 

Forum du 12 septembre 2016

 

Un enjeu : comment vivre comme tout le monde pour les personnes en souffrance psychique : logement, loisirs, participation à la vie citoyenne ?

Forum du 9 mai 2016 

 

conférence / échanges avec Vincent Demassiet

président de l'association

Réseau français sur l'entente de voix (REV France)

 

Pour plus de précisions sur les entendeurs de voix, cliquer ici

 

 

Dates des Prochains forums

 

au Foyer de jeunes travailleurs de la Cassotte,

18 rue de la Cassotte

à Besançon

de 18h00 à 20h00

 

Mardi 2 octobre 2018

Quelle participation citoyenne des personnes en souffrance psychique à l’élaboration et à l’organisation des politiques publiques qui les concernent ?
Présentation du PTSM: Projet Territorial de Santé Mentale du Doubs